Le Dhôtelland

alinéa

C'est Maurice NADEAU qui a créé le nom de Dhôtelland pour désigner ce pays, centré sur Attigny, ville natale d'André Dhôtel, entre Amagne, Le Chesne et Vouziers, où se déroulent nombre de ses romans, avec des noms reconnaissables: par exemple Aigly ou Flagny, pour Attigny, la ville où il est né et a habité, Verziers pour Vouziers, Rieux pour Mont-de Jeux...


"Un élève: Est-ce que quelquefois, pour trouver des noms de ville, vous déformez le nom d'une ville réelle ?

André Dhôtel: Oui, ça arrive. Ou bien , on donne le nom d'une ville à un personnage. Mais ce que j'aime mieux, c'est inventer le nom tout court, ou bien je déforme le nom. Par exemple, Attigny, souvent c'est Aigly. Il y a un auttre nom aussi. Puis il y a Vouziers, c'est Verziers, mais quand ce n'est pas tout à fait Vouziers, je mets Bermont. Alors, Bermont, on ne sait pas trop où c'est."

André Dhôtel au CM2 de l'école de garçons d'Attigny, 13 juin 1977 - paru dans Le Curieux Vouzinois, juin 2000


Voyez également la jolie plaquette "Les pays d'André Dhôtel" éditée pour le 100ème anniversaire de la naissance d'André Dhôtel

La mairie d'Attigny

Le canal des Ardennes à Attigny

La "cahute" du garde-barrière de Mont-de-Jeux

 
M.C.: Et votre fascination pour les voies de chemin de fer ? Pour ces chemins qui ne conduisent nulle part mais qui font peut-être le lien entre la ville et la campagne ?

André Dhôtel: Oui, ça c'est une sorte de vision de rêve je crois. Il y a près du Mont-de-Jeux où je vais en vacances, un endroit d'où l'on voit la ligne de chemin de fer, toute droite, qur trois ou quatre kilomètres. Alors, évidemment c'est assez fascinant pour moi."

Entretien avec André Dhôtel, 15 novembre 1986, in Le Curieux Vouzinois, Juin 2000


L'Aisne à Mont-de-Jeux

À Semuy

À Voncq


Entre Roche et Rilly, la Champagne

Vue de Mont-de-Jeux

"Mais il y a un silence magnifique et de l'espace. Enfin, c'est un pays exceptionnel, et pour tout dire c'est mon pays natal."
La Tribu Bécaille


"Au mileu du verger les arbres appartenaient à un autre âge et paraissaient familiers, comme ces êtres de cauchemar qui nous visitent lorsqu'on est enfant et auxquels on s'attache. Des arbres tordus avec d'anciennes blessures qui forment des cavités grimaçantes.
Lumineux rentre chez lui, p.27

Un arbre surprenant, à Mont-de-Jeux


Bois et prairies au loin...

"(en parlant des Ardennes)... ce que j'ai remarqué, c'est que c'est un pays où l'on domine souvent de larges étendues, où le regard porte au loin. Il y a des creux, il y a des fonds où on est complètement isolé. Mais très souvent, il y a des ouvertures, ce qui est assez rare."

Entretien avec André Dhôtel, 15 novembre 1986, in Le Curieux Vouzinois, Juin 2000


Brusquement, une clairière au milieu de la forêt...


La maison d'André Dhôtel à Mont-de-Jeux


A Coulommes, le matin

Juste devant lui c'étaient des bromes frêles. Leurs épis naissants s'élevaient comme au-dessus de l'horizon et entre les tiges il voyait les mille étendues des prés, des jeunes céréales, des friches et des bois dans leur immobilité vivante jusqu'aux confins du ciel. Vivante, mais c'était une autre vie que celle que nous menons.

Lumineux rentre chez lui, p. 161

Voir également un extrait du cahier numéro 4, les lieux de l'Homme de la Scierie.